. AIN-M'LILA



L' Ecrivain
                     
               
             







     
           
 



     
Mlila,source de nos rêves, ……Tu hantes toujours nos souvenirs. …… Tu es pour nous comme la sève………. Qui aide l'arbre à refleurir……………………………………………………………. Par dessus nos terrasses,…… Par dessus nos toits, ……On voit le Guerrioun et le Fortas………..Qui veillent toujours sur toi…... Imposant et chargé d'histoire,……….. Nif Nsser repose sur son aire,………… Couvant les plus belles pages de gloire…….. De tes hommes au nif légendaire.………………………………………………………………………. Pays de braves, pays de sacrifices,………. Tu as donné à la révolution………… Beaucoup de tes meilleurs fils,……….Morts en martyrs pour la nation………………………………………………………………….. Que l'on vive ici ou là,……….. Que l'on soit n'importe où ailleurs,……… On garde toujours pour toi O M’lila ! …………. Une grande place dans nos cœurs. …………….Car nous sommes pétris de ton argile …………Et nos destins sont toujours liés……………. C'est pourquoi notre chère ville,……….. On ne peut jamais l'oublier……………………..……… ***** Said Maatougui –Said49 *****
مليلة.......... مليلة بلاد الكواشية.......... وسيدي احمد الشريف الوالي الزين.......... راكي في القلب غالية عليا.......... نغيب و نرجعلك في الحين.......... الشامخة راكي تعزي عليا.......... و سكيو في العرقوب حارس متين.......... ناسك هجروك خلاوك وحدانية ............ و في الغربة راهم مهمومين.......... بلعوادي قال كلمة و خلاها للناس الفاهمين .......... تفناي قبل البلدان بعشرات السنين........... وينهم رجال الهمة و الفنطازية............ الزمول و السقنية مجمولين............ وينهو حمنى وليد البلعقلية.......... هو و العربي كانو فرسان بارزين......... وينهم ولاد الدراج اهل النية............... وينهم الولية و الصالحين.......... قرابصي بن مهيدي و قواجلية.................... فضلوا يموتوا مجاهدين................ رحتي خسارة يا مليلة و جاوك ناس جاهلين........................ هبطو بشانك و في الحرام راهم عايشين..................... السرقة الرشوة و الانانية..................... و نساو الله و يوم الدين............................*******........ ولـد الشامـخـة........*******

Hamma MELIANI
Né en 1950 à Ain-M'Lila (Algérie), dramaturge romancier, est l’auteur d’une vingtaine de pièces de théâtre et de romans, notamment : Les filles de Djelfen (Marsa, 1998), Loundja (Khyam, 2009), La rage des amants (Marsa, 2010), Le lait du père (Grand Prix mondial Wacadémia, Marsa, 2010), Lamento pour Paris. Chroniques parisiennes sur le massacre des Algériens en octobre 1961 (Marsa, 2011). L’Enclave des brumes se tisse autour d’un récit tendre mais dramatique, puisant dans l’histoire douloureuse qui lie la France à ses anciennes colonies et dans la tragédie consécutive, celle des banlieues reléguées, peuplées par les familles d’immigrés. Les germes de l’explosion des cités sont décryptés, annonciateurs du côté noir du roman que magnifie le style de Hamma Méliani. Simple. Violent. Noir puis blanc. Union des contraires d’où émerge une poésie à fleur de peau. Comme pour adoucir une situation d’une brutalité inouïe.


                       Hamma Meliani


Une des oeuvres de Hamma Meliani

*** L'enclave des brumes ***
Se tisse au tour d'un récit tendre mais dramatique, puisant dans l'histoire douleureuse qui lie la France à ses anciennes colonies et dans la tragédie consécutive, celle des banlieues reléguées, peuplées par les familles d'immigrés Les germes de l'explosion des cités sont décryptés, annonciateurs du côté noir du roman que magnifie le style de Hamma Meliani. Simple. Violent. Noir puis blanc. Union des contraires émerge une poésie à fleur de peau comme pour adoucir une situation d'une brutalité inouïe.




Madame Gamoudi Wahiba
née Khiari, fille de l’ancien secrétaire général de la Daira d’Ain M’lila Mr Abdelali Khiari, est née en 1969. Après des études universitaires, elle obtient le CAPES et enseigne l’anglais.
   Description de l'ouvrage - Nos silences
Algérie, années 1990. Elles ont été des milliers à être enlevées, violées, parfois assassinées, les filles de la décennie noire. Ces très jeunes filles, à qui l’on a demandé de pardonner, se sont tues et ont ravalé leur honte. Tandis que résonne le cri de l’une d entre elles, la narratrice raconte sa culpabilité d’avoir choisi l’exil et trouvé le bonheur. Deux voix de femmes en écho qui prennent la parole haut et fort, en mémoire de toutes les autres. L’écriture pour vaincre les silences. Un roman contre l’oubli. Date de publication: 4 juin 2009 .
   Le Prix Senghor 2010 a été attribué ex æquo à Ici-bas de Bruno Nassim Aboudrar (éd. Gallimard) et à Nos Silences de Wahiba Khiari (éd. Elyzad)
   Le jury a distingué Nos Silences pour "une très belle écriture, lyrique, rapide, à fleur de peau, pétrie d'émotion, sculptée comme un poème". Un roman qui nous amène en Algérie dans les années 90. Deux voix de femmes prennent la parole en écho pour dire l'enlèvement, le viol et l'assassinat de milliers d'entre elles.