. AIN-M'LILA



Le Coin du Poete


                     
               
               







     
           
 



     
Mlila,source de nos rêves, ……Tu hantes toujours nos souvenirs. …… Tu es pour nous comme la sève………. Qui aide l'arbre à refleurir……………………………………………………………. Par dessus nos terrasses,…… Par dessus nos toits, ……On voit le Guerrioun et le Fortas………..Qui veillent toujours sur toi…... Imposant et chargé d'histoire,……….. Nif Nsser repose sur son aire,………… Couvant les plus belles pages de gloire…….. De tes hommes au nif légendaire.………………………………………………………………………. Pays de braves, pays de sacrifices,………. Tu as donné à la révolution………… Beaucoup de tes meilleurs fils,……….Morts en martyrs pour la nation………………………………………………………………….. Que l'on vive ici ou là,……….. Que l'on soit n'importe où ailleurs,……… On garde toujours pour toi O M’lila ! …………. Une grande place dans nos cœurs. …………….Car nous sommes pétris de ton argile …………Et nos destins sont toujours liés……………. C'est pourquoi notre chère ville,……….. On ne peut jamais l'oublier……………………..……… ***** Said Maatougui –Said49 *****
مليلة.......... مليلة بلاد الكواشية.......... وسيدي احمد الشريف الوالي الزين.......... راكي في القلب غالية عليا.......... نغيب و نرجعلك في الحين.......... الشامخة راكي تعزي عليا.......... و سكيو في العرقوب حارس متين.......... ناسك هجروك خلاوك وحدانية ............ و في الغربة راهم مهمومين.......... بلعوادي قال كلمة و خلاها للناس الفاهمين .......... تفناي قبل البلدان بعشرات السنين........... وينهم رجال الهمة و الفنطازية............ الزمول و السقنية مجمولين............ وينهو حمنى وليد البلعقلية.......... هو و العربي كانو فرسان بارزين......... وينهم ولاد الدراج اهل النية............... وينهم الولية و الصالحين.......... قرابصي بن مهيدي و قواجلية.................... فضلوا يموتوا مجاهدين................ رحتي خسارة يا مليلة و جاوك ناس جاهلين........................ هبطو بشانك و في الحرام راهم عايشين..................... السرقة الرشوة و الانانية..................... و نساو الله و يوم الدين............................*******........ ولـد الشامـخـة........*******

            Après des études à l'école de garçons et au collège de sa ville ,il poursuivit ses études secondaires au lycée Redha Houhou de Constantine. En 1970 ,il fut admis sur titre ( baccalauréat ) à l'école normale ( Frères Biskri de Constantine )
d'où il sortira,deux ans plus tard ,avec le diplôme de Professeur de Français .Sa carrière il la fit d'abord au CEG Emir Abdelkader puis au Lycée Mentouri (1972-1982 ).En Octobre 1982 ,il fut admis au concours des Inspecteurs de Français .Après une formation de deux ans au centre national de formation des cadres de l'Education (CNF de Ben Aknoun ) , il fut affecté  en qualité d'Inspecteur de Français à Batna où il exerça jusqu'à son départ à la retraite      (Septembre 2009 )
       C'est à l'école primaire que son goût pour la poésie prit naissance ,à tel point que ses camarades de classe le surnommèrent " La Fontaine " .Ses penchants littéraires et  poétiques se développèrent sous la   conduite et les conseils de son instituteur Mr Gayetti Francisque qui l'encouragea dans cette voie .Son premier véritable poème ,il l'écrivit à la mémoire du joueur de l'ASAM GHERIBI BRAHIM.  Par la suite ,il écrivit d'autres poèmes en fonction de son inspiration ou de certains événements de la vie ,de son entourage ou du pays .


Matougui Tahar - معتوقي الطاهر
dit SAID ,est né le 21 janvier 1949
à Ain Mlila.



                                       
                                              M'LILA
Mlila,source de nos rêves,
Tu hantes toujours nos souvenirs.
Tu es pour nous comme la sève

Qui aide l'arbre à refleurir.

Par dessus nos terrasses,
Par dessus nos toits,
On voit le Guerrioun et le Fortas
Qui veillent toujours sur toi.
Imposant et chargé d'histoire,
Nif Nsser repose sur son aire,
Couvant les plus belles pages de gloire
De tes hommes au nif légendaire.
                                . . . / . . .

Pays de braves, pays de sacrifices,
Tu as donné à la révolution
Beaucoup de tes meilleurs fils,
Morts en martyrs pour la nation.

Que l'on vive ici ou là,
Que l'on soit n'importe où ailleurs,
On garde toujours pour toi O M’lila !
Une grande place dans nos cœurs.

Car nous sommes pétris de ton argile
Et nos destins sont toujours liés.
C'est pourquoi notre chère ville,
On ne peut jamais l'oublier.



                   
Lakhdar Demmene Debbih,

est né le 10/01/1954, ancien sportif, attaché d’administration de formation et agriculteur depuis quelques années. Dès son jeune âge, il était attiré par le football, la lecture et la poésie. Après ses études primaires et moyennes à Ain M’lila, , il poursuivit ses études secondaires à  Constantine puis à
Ain Beida. Il a commencé l’écriture des poèmes à l’âge de 17 ans, au lycée de Ben Badis de Constantine. Juste après la mort de son père El Bouhi en 2000, il consacre la plupart de ses soirées  à l’écriture des poèmes même à des heures tardives (c’était toute sa passion



L' ALBUM



Un Poème sur AIN-M'LA  - ICI


مليلة
مليلة بلاد الكواشية 
وسيدي احمد الشريف الوالي الزين 
راكي في القلب غالية عليا 
نغيب و نرجعلك في الحين 
الشامخة راكي تعزي عليا 
و سكيو في العرقوب حارس متين 
ناسك هجروك خلاوك وحدانية 
و في الغربة راهم مهمومين 
بلعوادي قال كلمة و خلاها للناس الفاهمين 
تفناي قبل البلدان بعشرات السنين 
وينهم رجال الهمة و الفنطازية 
الزمول و السقنية مجمولين 
وينهو حمنى وليد البلعقلية 
هو و العربي كانو فرسان بارزين 
وينهم ولاد الدراج اهل النية 
وينهم الولية و الصالحين 
قرابصي بن مهيدي و قواجلية 
فضلوا يموتوا مجاهدين 
رحتي خسارة يا مليلة و جاوك ناس جاهلين 
هبطو بشانك و في الحرام راهم عايشين 
السرقة الرشوة و الانانية 
و نساو الله و يوم الدين 

ولـد الشامـخـة 

LES REGRETS D'UNE VILLE
_Ain m'lila réveille toi!
Pourquoi ce sommeil profond?
Fais le pour moi
Et pour tous tes enfants

_Elle ouvre un oeil,tout en soupirant
"Je suis devenue indésirable
Ne sois pas insolent
Ne me demande pas l'irréalisable

_Mais M'lila,tu es dans nos coeurs pour toujours
Même ceux qui ne sont plus là
Nous te vouons un immense amour
et te souhaitons de retrouver ton-AURA"
_Vas me dit elle et continue ton chemin
Laisse moi seule avec mes souvenirs
Ceux qui sont partis,ce n'est pas demain
Qu'ils se décideraient à revenir

_Dis moi au moins,la cause de cette mine si triste
Tes fils,je t'assure,sont reconnaissants
Viendra un jour où ils te rendront visite
Jamais ils ne renonceront à leur serment

_Ecoute,je pleure les figures anciennes
Elles,qui m'ont toujours respecté
Aujourd'hui,je regrette qu'on vienne
Outrageusement me défigurer
J'avais une seule route et quelques ruelles
Et cela me suffisait et me comblait
Des arrivistes ont construit des citadelles
Et tout autour des cités pour m'étouffer.

__Je ne me reconnais plus dans mon miroir
Des opportunistes sans foi ni pitié
Ont fait de moi une cité dortoir
Ils bafouent la loi sans se soucier

_Soudain,dans son silence,elle s'est murée
J'ai beau étaler mes arguments
A la fin j'ai du lui donner raison
Elle s'endort et refuse de m'écouter
Ould Chamkha
































HARKAT